Syndrome rotulien | Pharmacie professionnelle

revue

La douleur au genou est un symptôme très fréquent, dont l’origine peut être trouvée dans les différentes structures qui composent le joint. Dans cet article, le syndrome dit rotulique est traité, également appelé syndrome de douleur précédent sur le genou. Il est utile de connaître les principaux détails de votre clinique et de votre traitement, pour pouvoir faire face aux nombreuses requêtes que ce problème peut provenir du compteur de pharmacie.

Le genou est une articulation importante, complexe, superficielle et accessible, caractéristiques qui en font une articulation expressive, dont le mouvement principal est flextextension.

anatomiquement (la figure 1) comprend les structures suivantes:

– os: extrémité distale du fémur et proximale du tibia et de la rotule.

– Structure de fibrocarographie: Menisco.

– Partie molle: capsule, sacs, ligaments collatéraux et croisés, muscles et tendons.

fig. 1. Anatomie du genou

sur le genou, deux composants clairement différenciés se distinguent: les articulations fémorothibales et patellofémoraux. La structure du genou est conçue pour fournir une stabilité lors du chargement de poids et de mobilité, ainsi que pour la locomotion.

d’autre part, bien que les mouvements essentiels du genou se penchent et l’extension du tibia avec Respect du fémur, les mouvements de rotation du tibia sont également normaux. Les structures qui composent les tissus mous de la commande du genou ces mouvements; La blessure de ces structures génère un mouvement exagéré et inadéquat de l’articulation, qui affecte à la fois la flexion et l’extension.

Dysfonctionnements du genou

Les dysfonctionnements les plus courants du genou tombent en deux grandes Groupes:

pathologie périarticulaire, qui affecte les tissus mous périarticulaires et juxtaarticulaires: bursite, pellegrini-stédia maladian (Figure 2), maladie de Hoffa, maladie auel-Yonding -larsen-Johansson, kyste de méniscus, kyste de popelage, tennite quadriceps, Tendinite poplite et autres tendinites.

pathologie articulaire du genou, dont l’étiologie peut être traumatisante (fractures, syndromes post-traumatiques), syndromes inflammatoires (syndromes polyarticulaires -Arthrite, érythrose systémique, spondylarthrite ankylopoïétique, arthrite séronégative -; syndromes mono-Netticulaires -Arthrose – ou dégénératif (gonarthrose).

« 0cfd131034″>

Fig. 2. Maladie PELLEGRINI-STÉDA Remarque: Il existe une croissance osseuse anormale adjacente au Condyle du genou médial (flèche 1). C’est une suite d’une blessure ancienne ou d’une blessure dans le ligament de genoux médial collatéral. La maladie de Pellegrini-Stedia est fréquemment associée à des lésions sportives.

Syndrome rotulien

Le syndrome de la rotulien est également appelé syndrome de douleur antérieur du genou (SDAR), le genou de couloir O Syndrome du FEMOROPATELAR.

Ce syndrome a lieu lorsqu’il est altéré, seul ou en association, n’importe lequel des éléments de guidage et de contrôle de l’extension du genou, par des altérations des os, des muscles ou du ligament, générant Patella Magna ou Hypoplasie de Condyle externe , Hypoplasie et rétraction interne de la nageoire rotulique externe, respectivement.

autour du terme « Douleur précédente du genou » sont regroupés plusieurs conditions différentes, bien que liées à l’autre. Il est actuellement admis que ce syndrome est due à un problème de surcharge chronique des muscles des membres inférieurs. Il est fréquemment associé à d’autres modifications telles que la chondromalacie rotulique (figure 3), l’arthralgie fémoropatellaire, les algines de la rotule et la labelle.

fig. 3. Condromalacia rotulien

Étiologie et facteurs de risque

De nombreuses causes sont admis pour justifier l’étiologie du syndrome rotulien, bien que la plus habituelle soit surcharge ou arthrose fémoropatelar.

Les principaux facteurs prédisposants incluent:

– une flexion répétée dans la charge.

– mauvais alignement.

– Malposition ou malposition de la rotule.

– arthrite inflammatoire.

dans l’origine du syndrome fémoropatelar, il serait surutilisé en raison d’un déséquilibre musculaire entre les quadriceps et le Hamstrus, la tension du fascia peut et le milieu glaule, voire la vaste interne et le vaste externe.

Autres causes possibles de ce syndrome constitue un mauvais alignement dans la triole fémorale, la hauteur inadéquate d’un siège, un traumatisme direct au genou, voire, l’utilisation d’une nouvelle chaussure.D’autres auteurs proposent la balation élevée comme un facteur de déclenchement important de ce syndrome.

Enfin, des modifications telles qu’une augmentation de la lordose lombaire ou de la pronation des actifs, voire une entorse de cheville, peuvent favoriser l’apparition du syndrome rotulien.

Clinique

Dans le syndrome rotulien, l’apparition des douleurs avant est caractéristique, ou du moins située dans la rotule, et peut parfois être à l’arrière de celui-ci. La douleur est généralement accompagnée d’instabilité et de faux verrouillons. Parfois, le clic Rotulian apparaît également.

La douleur n’est généralement pas irradiée et un début insidieux, pouvant affecter les deux membres. Il est habituel que la douleur augmente dans certaines situations: escalade des pentes et des escaliers, accroupi, courir et incorporé après une sagetation prolongée.

Selon certains auteurs, la douleur est plus fréquente dans le genou gauche si le patient est juste et sur le genou droit au cas où les personnes touchées sont gauchées.

Dans la phase aiguë du syndrome rotulien, le patient doit éviter certains mouvements ou postures: sauter, s’agenouiller, grimper, squat …

note

Fondamentalement, trois types de syndrome rotulien sont distingués:

– l’instabilité dite rotulienne, qui peut être potentiel ou objectif, avec ou sans historique de luxation et d’instabilité en tant que symptôme plus important.

– Le syndrome douloureux du patiène primitif, observé de préférence chez les adolescents avec des problèmes de croissance et des adultes; L’origine de cette peinture est l’hypertonia quadripipital, accompagnée d’un conflit entre la surface articulaire de la rotule et le bord supérieur de la thuste, un conflit qui survient au moment de la flexion.

– Le syndrome douloureux de la rothulienne secondaire peut être trouvé dans les lésions du ligament croisé postérieur et dans des condominités post-scellantes.

Diagnostic

Lors du diagnostic d’un syndrome de rotulien possible, il convient de noter que la douleur au genou précédente n’est pas toujours associée à des anomalies appréciables dans l’alignement rotulien, ou des variations anatomiques individuelles. En ce sens, les études n’ont pas montré qu’un mauvais alignement fémororrrotulé est décisif pour l’apparition de la douleur au genou précédent.

Ainsi, l’approche diagnostique du syndrome rotulique doit inclure:

– Anamnèse, qui permettra au patient d’expliquer les principales caractéristiques de son processus pathologique.

– L’exploration, qui permettra à son tour une inspection s’il existe des troubles d’alignement, des atrophies, des tumes, des déformations, une apparence de la peau, des points saillants, des déversements, des problèmes de mobilité (amplitude des mouvements, de stabilité, de la stabilité), de l’incorporation de ménisque ou le kneecap.

– Tests complémentaires: radiologie, résonance magnétique nucléaire (c’est la technique de choix), la scintigraphie osseuse et la chirurgie arthroscopique, qui peut être diagnostique ou thérapeutique.

Le diagnostic différentiel doit être effectué contre les pathologies suivantes: SUBLUXATION TIBIPERONEA SUBLUXATION, SCHLATTER OSGOOD-SCHLATTER, SYNDRITE FEMOROPATELAR, SYNDROME PLLICA, TENDONITE ROTELIAN, TUMSES OSS ET BURSITIES.

APPROCHE THERAPEUTIQUE

Dans la phase aiguë du syndrome rotulien, pouvant durer jusqu’à sept jours, une élévation relative du repos et du genou, ainsi que des enzymes protéolytiques ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Des traitements complémentaires comprenant des courants de la glace, des ultrasons pulsés et des analgésiques peuvent également être valables pour atténuer l’inflammation.

Au cours de cette période, le patient doit éviter certains mouvements ou positions: sauter, s’agenouiller, montée, accroupie .. Certains Les études conseillent au cours de cette période la pratique du vélo statique, laissant l’extrémité affectée soutenue sur le sol.

Cette phase est passée, la réhabilitation commence à être plus active car l’inflammation a diminué. Cette réhabilitation doit englober les quadriceps et l’Hambust, ainsi que la musculature de la hanche. Au cours de cette période, il peut être utile de recourir à des techniques d’électrostimulation sélective; De même, les médicaments condrotecteurs (sulfate de chondroïtine, sulfate de glucosamine, etc.) peuvent également être appropriés.

Les coussinets du genou sont également un complément thérapeutique important, bien que son utilisation puisse continuellement conduire à une boîte de faiblesse musculaire. Les genouillères indiquées sont ouvertes. Dans certains cas, le patient peut également avoir besoin de modèles orthopédiques (têtes métatarsales tombées, pieds plats).

La chirurgie doit être la dernière option thérapeutique et est indiquée dans les cas où après des mois de traitement de récupération adéquat, le résultat final n’est pas satisfaisant.Le succès de la chirurgie repose sur un diagnostic précis, avec une attention particulière aux symptômes de l’instabilité rotulique et les signes de mauvais alignement fémoralorrotuléien.

à titre de conclusion, il faut examiner aujourd’hui le traitement conservateur est celui qui fournit des résultats plus prévisibles.

www.doymafarma.com
matériel supplémentaire pour les abonnés
Feuilles d’enseignement sanitaire
1 Feuille de téléchargeable:
?? Syndrome d’Osgood-Schchater | (consulté le 22 mai 2009). Disponible dans: http://hernansilvan.com/articulos/art7. PDF

Master J, Nieto E, Eirea C, Châtaignier A, Díaz J. Infiltrations sur le genou. Fisterra 2005 (consulté le 22 mai 2009). Disponible en: http://www.fisterra.com/material/ Techniques / infiltration / Knee.asp

Mansat C. Contination (2e partie. Le genou). L’Obtatoire du Mouvement 2004; Série 5, (consultée le 22 mai 2009). Disponible en: http://www.pedi-relax.com/img/ pdf / 05.pdf

Martejo-Aragón S, Bermejo P. Protecteurs de cartilage articulaire. Pharmacie professionnelle 2008; 5: 48-53.

MARTÍNEZ V. Syndrome de la douleur précédent sur le genou (consulté le 22 mai 2009). Disponible en: http://www.efisioterapia.net/ Articles / print.php? ID = 212.

Post WR. Douleur du genou précédent: diagnostic et traitement. Le journal de l’Académie américaine des chirurgiens orthopédiques (Ed. Ed.). 2006; 5: 61-71.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *