Physiothérapie

Publié par Juan Antonio González García le 10 décembre 2013

Pour récemment un an Nous utilisons le journal réfléchissant comme un instrument d’apprentissage dans le contexte du stage de physiothérapie. Nous le faisons en collaboration avec le professeur Gema Gallardo Sánchez, avec lequel nous partageons des travaux d’enseignement à l’hôpital universitaire de Fuenlabrada. Après cette heure, nous vous voyons dans la disposition de parler de notre expérience.

Le journal réfléchissant est essentiellement un journal ayant un objectif d’apprentissage et d’évaluation. En tant qu’un autre service chanceux, nous pouvons dire que c’est un compte enchaîné, commandé chronologiquement, d’événements, de faits, de réflexions, de réflexions, d’opinions, de suggestions, d’explications, d’explications ou de sentiments expérimentés, témoin ou vécu par son auteur. Ce qui donne à votre valeur, au-delà de l’usage personnel, est la nature de la réflexion sur cette partie de la formation du professionnel qui est la pratique, des pratiques ou des études cliniques. Il est prévu que les efforts cognitifs de se rappeler, de traiter, d’analyser et d’exposer sous une forme écrite sont un moyen d’apprendre. C’est ainsi qu’une connaissance fondée sur la réflexion sur la réflexion en action est atteinte, selon le modèle proposé par Donald Schön (1). D’un point de vue du processus mental, il s’agit de métacognition », de« la connaissance qui est possédée sur la connaissance elle-même, qui, à son tour, est considérée comme le produit de la capacité de l’esprit, de devenir sur lui-même et d’analyser ses propres processus de pensée et de connaissances. « (2).

En plus de l’apprentissage, comme nous l’avons dit ci-dessus, le journal est un élément de l’évaluation. Évaluer avec la fin pour connaître le résultat de cette l’apprentissage, pas comme un ensemble de connaissances acquises, mais plus que le processus et le progrès de l’apprentissage. Tout cela prenant en tant que centre de l’étudiant lui-même, auteur et au protagoniste du journal. D’autres collègues ont déjà parlé de tout cela auparavant (3, 4 ) C’est pourquoi nous ne voulons pas aller dans des disquisitions plus conceptuelles. Nous ne ferons que commenter notre expérience en tant que lecteur des journaux des étudiants et comme auteur circonstanciel d’un journal d’enseignant.

Le plus pertinent pour nous est de mettre en évidence l’outil exceptionnel que le journal est. Avec cela, nous avons des informations sur les étudiants directes sur toutes ces questions indiquées: opinions, préoccupations, désirs, découvertes, sentiments, apprentissage, déceptions, surprises, ambitions, …, attentes. Le format est intentionnellement libre, donnant uniquement des coups de pinceau initiaux de ce qui est destiné, ce qui nous permet de nous adapter à tout cela. La relation établie dans le stage entre professeur / tuteur et étudiant permet de rétrodiquer, de correction et de guidage sur le contenu du journal. L’étudiant exprime par écrit tout ce que sa réflexion le soulève, l’enseignant / tuteur reflète sur ce qu’il lit et commente avec l’élève pour renforcer, mettre en évidence, corriger, féliciter, réorienter, commenter, dans un exercice de réflexion partagée. C’est un jeu dans lequel il y a un apprentissage bidirectionnel. Ceci est pour nous la valeur principale. Mais en outre, bien que cela ne constitue pas une obligation, cela nous montre les attitudes de l’étudiant, élément clé de l’évaluation. Et cela vous oblige à exercer des compétences transversales telles que le développement de la capacité de la communication critique, de raisonnement ou verbale et écrite. Il faut dire que, comme on le ferait imposer, le résultat de l’évaluation de l’élève, sa note pratique, est déterminée par plusieurs autres concepts.

Le journal de réflexion le modèle est également préméditée, pour nous, polyvalents. Il peut contenir n’importe quel élément qui trouve la tâche de l’élève (images, échelles d’évaluation, évaluations des patients, recherches de bases de données, liens vers des sites Internet, liens vers des vidéos, annexes avec ces contenus et autres contenus, …). Cependant, il contient toujours la réflexion de l’étudiant au-delà d’une simple description des faits. Sinon, il est indiqué que le journal nécessite un effort cognitif plus riche et complexe que l’histoire simple. Il est à noter qu’il existe une valeur ajoutée dans cette réflexion qui le rend nécessaire et, surtout utile dans votre apprentissage actuel et futur.

peut être déduit de ce Tâche qu’il provoque une demande de travail supplémentaire à l’étudiant. C’est vrai et ils l’expriment dans les conversations que nous avons avec eux. C’est à ce moment-là que nous vous rappelons le but, le potentiel d’apprentissage qui nous offre et que dans le stage, le chargement des crédits soutient et invite ce travail en dehors de l’environnement clinique, mais l’a référée. De la même manière, c’est une tâche pour l’enseignant / tuteur.Dans notre cas, nous recevons les journaux à la fin de chacune des six semaines de stage. Ils contiennent généralement entre 6 et 12 pages et, une fois lu, des réflexions pertinentes avec l’étudiant sont partagées, oralement et / ou écrites. Nous croyons que ce travail en vaut la peine, étant donné les objectifs obtenus (5).

Comme nous l’avons dit ci-dessus, nous avons également développé un fruit de journal réfléchissant de La pétition d’un collègue, mais dans ce cas sur notre travail d’enseignement dans le stage. Cela nous a aidés à vérifier que la réflexion sert à ce que nous plaidons dans ces lignes. Il encourage à élever des alternatives, repenser ce qui se fait, a déclaré ou pensé, des processus de questionnement, justifiant, promouvoir des changements, modifier les attitudes. De même, nous avons remarqué le travail et le temps qu’il suppose, de la motivation nécessaire à sa facture.

En bref, dit ici, nous croyons au diathio réfléchissant comme élément de grande valeur dans la formation de physiothérapeutes dans le contexte du stage. Nous encourageons leur utilisation dans des environnements cliniques où la physiothérapie est formée, consciente de l’effort posé par mais aussi de leur contribution à une expérience d’apprentissage plus solide et plus complète, plus globale et plus enrichissante.

En savoir plus Physiothérapie.

Références

1. Medina Moya, JL. Pratique éducative et pratique des infirmières se soucient d’une perspective réfléchissante. Dans le magazine de soins infirmiers. Numéro 15, avril 2002. Dans http://www.uclm.es/ab/enfermeria/revista/numero%2015/numero15/pr%E1ctica_educativa_y_pr%E1ctica_de.htm. Accès 9 décembre 2013.

2. Delval, J. Le sens du développement chez l’homme. En psychologie du développement i, pag. 28. Ed. UNED, MADRID 2010.

3. Gallardo Sánchez, G. fin bien sûr. Dans la physioéducation, le 18 septembre 2019. Original du même auteur dans un physiothérapeute naïve, le 13 juin 2013. Dans https://fisioeducacion.es/fisios/docencia/451-fin-de-curso. Access 13 février 2021.

4. Lorza Blasco, G. E-Portfolio en tant qu’instrument d’apprentissage réfléchissant. Dans le Bloc de physiothérapie de FUB. . Accès le 10 décembre 2013.

5. Brune précieuse, m; Ruiz López, M. Le journal réfléchissant: outil pédagogique innovant dans les pratiques infirmières. http://madrid.universidadeuropea.es/myfiles/pageposts/Memoria_1_premio.pdf. Accès le 10 décembre 2013.

Aucun message associé.

tags: journal réfléchissant, stage

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *