Passage biblique (Français)

Ressources à la prêche de Richard Niell Donovan
Angeles Aller Traduction

Exégèse:

John 1-21. Le contexte

Cet évangile est une tapisserie entièrement tissée qui tire sa richesse de ses fils tissés de supply. Par exemple:

• Dans le prologue, l’évangéliste a déclaré: « Au début, c’était le verbe, et le verbe était avec Dieu, et la Parole était Dieu. C’était au début avec Dieu. Toutes choses Pour lui, on a été fait; et sans lui quelque chose qui est fait, c’était fait « (1: 1-3). Maintenant, Tomás va à Jésus comme » mon Seigneur, et mon Dieu!  » (v. 28), réaffirmant la divinité de Jésus. De nombreux universitaires estiment que le chapitre 21 a été ajouté plus tard. Si cela est vrai, cet évangile est marqué au début (chapitre 1) et à la fin (chapitre 20) par des déclarations de la Divinité de Jésus.

• Jésus les a promis aux disciples: « Je vais-je ne vous laissez pas orphelin: je viendrai à vous »(14:18). Maintenant, il revient après sa résurrection aux disciples qui se sentent orphelinés de la crucifixion.

• Dans cette même discussion qu’il a dit: » La paix Je vous laisse, ma paix que je vous donne: pas comme le monde le donne, je vous le donne. Ne soyez pas turbidurant votre cœur, vous n’avez pas peur »(14:27). Maintenant, lorsque vous entrez en présence de ses disciples, ses premiers mots pour eux sont: « paix à vous » (v. 19). Répétez cette semaine une semaine plus tard quand il rencontre les disciples et avec Tomás (v. 26).

• Dans sa prière peu de temps avant sa mort, Jésus a prié: « Père, l’heure est arrivée; Glorifiez votre enfant afin que votre enfant vous glorifie également »(17: 1). Jesús ha sido glorificado en la cruz y ahora se les aparece a los discípulos como el Salvador resucitado.

• Antes, el evangelista dijo, « …aun no había venido el Espíritu Santo; porque Jesús no estaba aún glorificado ” (7:39). Ahora que Jesús ha sido glorificado, él les da el regalo del Espíritu Santo a los discípulos (v. 22).

• Pensamos de nuestra lección del Evangelio (10:19- 31) como la historia del Tomás que Duda. Sin embargo, en el próximo capítulo, Jesús se les aparecerá a siete discípulos, y solo cinco de ellos son nombrados. De los cinco, tres dudaron de Jesús o le negaron, pero sobrellevaron su duda y su negación para llegar a expresar gran fe:

• Natanael es mejor conocido por su duda de que algo bueno pudiera salir de Nazarea (1:46) – pero más adelante confesó, « Rabí, tú eres el Fils de Dieu; Vous êtes le roi d’Israël « (1:49).

• Tomás est célèbre pour avoir douté de la résurrection (20:25) mais confesse plus tard: » M. Mío, et mon Dieu!  » (20:28).

• Peter a avoué Jésus comme «le fils de Dieu vivant» (6:69), mais plus tard, il a nié Jésus (18: 15-18, 25-27).

Ces exemples montrent comment la leçon de l’Évangile de cette semaine est liée à l’Évangile complet.

Jean 20: 19-31. Jésus apparaît aux disciples

« John donne un compte simple et honnête de l’apparence ressuscité, révélant sa confiance en elle. S’il avait été moins sûr, il aurait embelli l’histoire » (Lindberg, 61) . Les deux apparitions de Jésus ont lieu avec une semaine de temps entre les deux, le premier étant l’après-midi de Pâques et le second étant la méthamphère d’OMERAS OKTO – littéralement «après huit jours» – souvent traduits comme «une semaine plus tard».

Jésus parle aux disciples trois fois. « À chaque fois, ses mots donnent la force des disciples à les entendre » (Althouse, 107):

• « Paix à toi. Comme le père a envoyé. moi, alors je t’envoie aussi « (VV 19, 21).

• » Prenez le Saint-Esprit: à ceux qui ont envisagé les péchés, sont envoyés à eux: à qui ils les rétablissent, ils seront conservés  » (VV 22-23).

• « Obtenez votre doigt ici et voyez mes mains: et allongez-vous la main ici, et mettez-le de mon côté: et ne soyez pas incroyable, mais fidèle « (VV 27).

Cet évangile nous dit que Les disciples sont rassemblés, mais cela ne nous dit pas lequel d’entre eux. Dans l’évangile de Lucas (Luc 24: 36-49), sont les onze « et ceux qui étaient avec eux » (24:33). Dans l’évangile de Jean, compte tenu de l’absence de Tomás, ils sont vraiment dix et leurs collègues .

Cet évangile nous montre que la foi vient de différentes manières de différentes personnes. Le cher disciple croit que pour voir la tombe vide (v. 8). Maria croit quand le Seigneur dit son nom (v. 16) . Les disciples doivent voir le Seigneur ressuscité (voir 20). Tomás dit qu’il devait toucher les plaies (v. 25) – bien que cela nécessite évapore une fois qu’il voit le Christ Risen (v. 28).

Personnes Trouvez la foi de différentes manières.

est instructif de mentionner que Tomás croyait, a perdu la foi, mais revient ensuite à une foi encore plus forte.

Jean 20:19 -2. 3La première apparition

19 et en retard de ce jour-là, la première de la semaine et étant fermée portes (grecque: Kekleismenon – de Kleio – fermée ou verrouillée) où les disciples étaient ensemble pour la peur de la Juifs, Jésus est venu et pousse entre et dit: paix à vous. Et comme cela avait dit, montrez-leur les mains et le côté. Et les disciples ont apprécié voir le Seigneur. 21so Jésus a répété à nouveau: la paix à vous: comme le père m’a envoyé, alors je vous envoie aussi. 22Et, comme cela avait dit, il a soufflé et dit: Prenez le Saint-Esprit: 23a ceux qui font référence aux péchés, sont envoyés à eux: qui les ont conservés, seront conservés.

« Et comme il était en retard Ce jour-là « (v. 19) C’est Pâques après-midi, le même jour que les disciples ont vu la tombe vide et que Mary a vu Jésus. Les disciples se sont retrouvés dans un quart à Jérusalem avec » les portes fermées « . Les portes fermées reflètent la peur des disciples, mais démontrent également le pouvoir du Christ ressuscité, qui ne peut pas être contenue par une tombe de pierre ou une clé fermée.

« et étant fermées des portes où les disciples étaient ensemble pour la peur des Juifs »(v. 19). Il est surprenant que les disciples avaient peur, parce que Peter et » l’autre disciple « ont vu et croyaient (v. 8). María Magdalena a parlé avec le Christ Risen et a dit aux disciples de son expérience (v. 14-18). Cependant, même après que « l’autre disciple » ait vu et croyait, il n’est pas clair ce qu’il croit « , parce qu’ils ne connaissaient toujours pas l’Écriture, qui était

nécessaire qu’il a ressentie des morts » ( V. 9). De plus, les disciples sont toujours traumatisés par la crucifixion et effrayés par la possibilité que les ennemis de Jésus puisse maintenant être dirigé vers eux.

Sa peur nous décourage, car ils agissent comme des disciples dont le chef est mort. . Sa crainte « il les met clairement au même niveau que les parents de l’aveugle qui a guéri et que les disciples secrets comme José de Arimatea (9:22, 19:38) … Apparemment, même le précédent » Cher « disciple a été réduit à cet état de peur faible » (Howard-Brook, 456).

« paix à vous » (v. 19). À ces disciples effrayés, Jésus leur donne leur paix, comme promis (14: 27) Les disciples prendront la paix malgré l’être persécuté par un monde qui te détestera autant que je détestais Jésus (15: 18-25). Alors que ce texte utilise le mot grec pour la paix, Eirene, le concept est celui de Shalom Juif – qui indique davantage l’absence de conflit – un bien qui est le don de Dieu. »Dans la pensée juive, la paix et la joie étaient des signes de temps eschatologique lorsque l’intervention de Dieu aurait amené l’harmonie à la vie humaine et au monde . Juan voit cet âge rempli lorsque Jésus revient à verser son esprit sur les hommes « (Brown, 1035).

 » Montrez-leur les mains et le côté « (v. 20). D’une part, Jésus entre Une porte fermée, suggérant que son corps a acquis une qualité différente. D’autre part, ses blessures confirment sa résurrection corporelle et son corps est clairement reconnaissable par ses disciples. Lucas parle de Jésus mangeant avec les disciples (Luke 24:43) . C’est mystérieux – le corps ressuscité de Jésus est, en même temps, comme le nôtre et non comme la nôtre. Paul parle du corps ressuscité comme incorruptible, glorieux, puissant et spirituel (1 Cor 15: 42-44). Sans cependant , nous ne devrions pas prendre le mot «spirituel» trop loin car, clairement, le corps de Jésus est également physique. « Le point important, bien sûr, est que la même personne crucifiée a été ressuscitée » (Sloyan, 224).

À l’époque que cet Évangile a été écrit, l’Église a eu un problème avec des docétites et Gnostiques. Tous deux croyaient que la matière physique était pervers et que, par conséquent, Jésus n’aurait pas pu être vraiment humain. La mention des mains et du coût des blessés de Jésus présente une discussion pour ce type de dualisme.

 » Et les disciples ont apprécié « (v. 20). Les disciples sont heureux de voir le Seigneur. C’est le point de départ pour eux, et ils ne craindront ni n’hésiteront,

«paix à vous: comme le père m’a envoyé, alors je vous envoie» (v. 21). Jésus leur donne sa paix Pour la deuxième fois et ajoute: « Comme le père m’a envoyé, alors je vous envoie aussi. » Identique que Dieu a commandé Jésus au monde, Jésus envoie ses disciples au monde (voir la prière de Jésus à 17h18). C’est l’équivalent Johanino de la Grande Commission (Matthieu 28: 19-20). Il reflète le début de la pensée que l’autorité dont elle est envoyée est égale à celle dont il lui commandait – l’émissaire du roi parle avec l’autorité du roi. Dieu est présent dans le travail de Jésus; Jésus sera présent dans le travail des disciples.

« Il a soufflé et dit: » Prenez le Saint-Esprit «  » (v. 22).Cependant, envoyez ces disciples au monde seul serait futile, puis Jésus les prépare à respirer sur eux – ou respirez à l’intérieur d’eux (grec: leséphuses). Identique que Dieu respirait dans un homme le souffle de la vie (Généra 2: 7 – LXX), Jésus respire les disciples l’esprit de la vie. Ce don de l’Esprit renouvelle la vie des disciples ainsi que le souffle de Dieu donna une nouvelle vie aux os des morts (Ezek 37: 9). Les disciples ont été craintifs et confus – cachés dans une pièce fermée pour échapper à un danger. Maintenant, trouvez la force de vous lever, d’ouvrir la porte, de sortir et de commencer leur proclamation.

« Prenez le Saint-Esprit » (v. 22). Comment pouvons-nous réconcilier ce « donner l’esprit » avec l’histoire de la Pentecôte dans Actes 2?

• Certains sages disent que les deux histoires sont irréconcilibles et que vs. 22 provient de la pentecôte Johanino.

• Autres, notant le manque de l’article défini – Jésus dit: « Demain Saint-Esprit » au lieu de « Prendre le Saint-Esprit » – croyez que les disciples ont reçu quelque chose de moins que le don complet de l’Esprit à cette occasion.

• D’autres disent que Juan connaît de la Pentecôte, mais il écrit l’histoire de cette façon « parce que sa vision théologique particulière qui unit le déclin de l’Esprit dans la mort et l’exaltation de Jésus … L’histoire de John, en d’autres termes, est théologique mais pas chronologique « (Carson, 651).

• Pourtant, d’autres disent: » C’est faux pour le Nouveau Testament et l’expérience chrétienne de maintenir qu’il n’y a qu’un cadeau d l’esprit. Au lieu de cela, l’Esprit se manifeste continuellement de nouvelles façons … John parle d’un cadeau de l’Esprit et de Luke d’un autre « (Morris, 748).

 » À ceux qui ont reçu des péchés, sont envoyés à ceux qui ont été envoyés : Á ceux qui les ont conservés, seront retenus « (v. 23). Cela nous rappelle Matthew 16:19 Lorsque Jésus raconte Peter, » tout ce que tu lèche sur Terre sera lié au ciel; Et tout ce qui déchaîne sur Terre sera libéré dans les cieux.  » Matthew 18:18 donne aux disciples la même autorité dans un contexte qui a trait à la résolution des conflits dans l’Église.

Le rabbin a le pouvoir de « unir » et « séparé » en fonction de son interprétation de la Loi pour déterminer ce que c’est et n’est pas autorisé, mais ils n’ont pas pardonné aux péchés. Jésus ouvre son chemin ici. « Cette façon de parler montre clairement qu’à l’origine la formule » Unissant et distincte « décrit la … Déclaration du juge de culpabilité ou d’innocence de personnes qui apparaissent devant lui, qui sont » unies « ou » séparées « des positions énoncées eux « (Schlatter, cité dans Beasley-Murray, 383).

 » Dans Jean, le péché est une défaillance théologique, pas une transgression morale ou comportementale (contrastée avec Matthew 18:18) « (O’day , 847). Le péché n’est pas de voir la vérité – refuser d’accepter le Christ Risen. Jésus envoie les disciples au monde en leur donnant le pouvoir de l’Esprit de proclamer le Christ ressuscité. Certaines personnes accepteront leur témoignage et d’autres le rejeteront. Votre réponse déterminera si ces personnes sont parmi celles dont les péchés sont pardonnés ou entre ceux dont les péchés sont conservés.

v. 23 présente deux questions: premièrement, Jésus donne-t-il le pouvoir de pardonner ou de conserver des péchés – ou seulement du pouvoir de discerner la volonté de Dieu dans des cas particuliers et de laisser la décision de Dieu? Deuxièmement, Jésus donne-t-il ce pouvoir à des chrétiens individuels ou à l’église? Bien qu’il y ait un lieu de discussion, une chose est claire – seulement pendant que nous agissons sous la direction de l’Esprit aura le pouvoir de Dieu.

Jean 20: 24-25. Si je ne vois pas, je ne vais pas croire

24emp, mais Tomás, l’une des douze ans, dit être dit, n’était pas avec eux lorsque Jésus est venu. Pour les autres disciples, « nous avons vu. Et il leur dit: Si je ne vois pas dans ses mains, le signe des ongles et met mon doigt la nuit des ongles et me rencontra la main de son côté, je ne croirai pas.

«  » Tomás intégrés … Je n’étais pas avec eux quand Jésus est venu « (v. 24). » En conséquence, il a refusé de croire. Cela devrait être servi comme un avertissement. Il est difficile de croire lorsque nous ne forçons pas avec la compagnie d’autres croyants »(Gossip, 798).

 » au Seigneur que nous avons vu « (v. 25). La première personne à qui le Les disciples témoignent, c’est l’un d’entre eux – Tomás, qui n’était pas présent lorsque Jésus est apparu la première fois. Ses mots à Tomás (« au Seigneur ont vu ») sont essentiellement les mêmes mots (« J’ai vu le Seigneur ») que Marie l’habitude de leur dire de sa rencontre avec Jésus. Tomás ne croit pas les disciples, mais il ne croyait pas les disciples à Marie non plus. Il était un groupe décroché et vaincu jusqu’à ce qu’ils ont vu Jésus de ses propres yeux. Tomás, donc, n’est pas Le seul qui doute, et il ne reste pas douteux. Une fois qu’il voit ce que les autres disciples ont vu, il manifeste une grande foi.

« Si je ne vois pas dans ses mains le signe des ongles, Et met mon doigt à la place des ongles et m’a rencontré la main de son côté, je ne croirai pas »(v. 25).Tomás fait une demande extravagante. Auparavant, Jésus a condamné ceux qui ont demandé des preuves et des merveilles avant de croire (4:48). Tomás va encore plus loin. « Il n’est prêt à mettre de côté son manque de foi si le Jésus ressuscité suit son critère … Tomás exige que Jésus soit » à toucher « . … insiste sur le fait que le corps ressuscité de Jésus rencontre ses exigences » (Moloney, 537) .

Peut-être que nous pouvons comprendre l’aversion de Thomas si nous nous souvenons de ses mots pendant que Jésus se préparait à aller à Jérusalem – « Nous sommes aussi nous, afin que nous soyons morts avec lui » (Jean 11:16). Thomas était fan de Jésus, mais il a vu la façon dont il est tombé le plus. La crucifixion a divisé son coeur. Cela nous rappelle la phrase « , une fois brûlé, la seconde est timide! » Tomás croyait, mais Jésus a trahi sa croyance (ou il semblait donc) – alors, nous pouvons comprendre pourquoi Tomás sera lent à commencer à commencer à croire à nouveau. Peut-être que cela explique pourquoi Jésus démontre une telle compassion et une telle sensibilité à Tomás dans les versets 26-29.

Jean 20: 26-29. La deuxième apparition

26 et huit jours plus tard (grec: méthamphère OMERAS OKTO – après huit jours), ses disciples étaient à nouveau à l’intérieur, et avec eux Tomás . Jésus est venu, les portes fermées et les pusasse entre et disaient: la paix à vous. 27 Plus tard, dit à Tomás: Obtenez votre doigt ici et voyez mes mains: et allongez-vous à mes mains, et mettez-la de mon côté: et faites-la Ne soyez pas un incroyant, mais fidèle. 28then Tomás répondit, et dis: Mon Seigneur, et mon Dieu! 29 Par Jésus: Parce que tu m’as vu, Tomás, tu pensais: Béni sont ceux qui ne sont pas vus et croyaient.

« et huit jours plus tard » (v. 26). Le grec est de la métharémache d’okto – après huit jours. Les huit jours doivent être comptés inclusivement – dimanche au dimanche – c’est à nouveau le premier jour de la semaine. Jésus apparaît à nouveau. Encore une fois, les portes sont fermées (v. 26), mais aucune mention de la peur n’est trouvée. Tout le reste est le même que le dimanche dernier. L’apparition de Jésus aux disciples la semaine précédente a transformé sa peur dans la foi. Encore une fois Jésus leur donne sa paix.

« Obtenez votre doigt ici et voyez mes mains: et allongez-vous la main ici, et mettez-la sur mon côté » (v. 27). Jésus ne condamne pas Tomás pour Son manque de foi, mais lui donne avec ce qui l’aide à croire (v. 27). Thomas qu’il a demandé de voir et de toucher le Seigneur ressuscité, et Jésus lui permet de le faire. Il n’y a aucune indication que Tomás a joué aujourd’hui les blessures de Jésus. Avec le christ blessé et ressuscité, il suffit.

« Ne soyez pas incroyable, mais fidèle » (v. 27). En Grec, Jésus dit « Kai Me Ginou (et pas Beás) est destiné à (pas croyer) Alla Pistos (mais croyant). » Nous pensons à celui-ci comme l’histoire de Thomas qui doute, mais le mot le doute n’apparaît pas, à moins que nous traduisions les invites de cette façon.

« Tomás répondit, et bonjour: mon Seigneur, et mon Dieu! » (v. 28). En répondant à Jésus, Tomás fait « la prononciation christologique suprême du quatrième évangile » (Brown, 1047). Sa confession, « mon Seigneur, et mon Dieu! » (v. 28), il va bien au-delà des titres ou des confessions qui sont dans d’autres endroits dans cet évangile. « C’est ainsi que le plus douteux de la résurrection de Jésus prononce la plus grande confession du Seigneur qui ressuscité de la mort » (Beasley-Murray, 385). Comme indiqué ci-dessus, si le chapitre 21 a été ajouté plus tard, autant d’universitaires le croient, cet évangile commence et se termine par une affirmation de la divinité de Christ.

« béni sont ceux qui n’ont pas vu et cru » (v . 29) C’est la dernière béatitude ou la dernière bénédiction de Jésus. Ces mots encourageront les premiers chrétiens qui se sentiront insultés parce qu’ils avaient perdu l’occasion de voir Jésus que pendant quelques mois ou quelques années. Ils nous encouragent également à nous. sont parmi ceux qui n’ont pas vu mais qui croyaient. Les rares chrétiens de la première génération qui ont vu Jésus en personne n’ont aucun avantage sur les nombreux chrétiens des dernières générations qui ne l’ont pas vu en personne. Ils écrivent que Jésus il fait Ne dites pas que ces derniers chrétiens seront plus bénis que les disciples qui « voir », mais seulement qu’ils seront bénis.

Jean 20: 30-31. Cependant, ils sont écrits, vous pouvez donc croire

30 et aussi (grec: hommes Oun – donc) Jésus a fait de nombreux autres signes en présence de ses disciples, qui ne sont pas écrites dans ce livre. 31 pierres sont écrites, afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu; Et pour que vous croyiez, vous avez la vie en votre nom.

« Et Jésus a également fait de nombreux autres signes en présence de ses disciples, qui ne sont pas écrites dans ce livre » (v. 30). Chapitres 2-12 de cet évangile sont souvent appelés le livre de signaux, car les miracles de cette section sont appelés signaux (2:11; 23, 3: 2, 4:48, 6: 2, 26, 7:31, 9:16; 11:47; 12:37). Les signes de mot sont significatifs, car les signes indiquent quelque chose. Dans cet évangile, les signes pointe vers Jésus, le Messie (Madsen, 24). Ces signes donnent aux gens la raison de croire, mais beaucoup qui Les voyez toujours ne pas croire (6:36).Le choix est le nôtre.

Les sept signes des chapitres 2-12 doivent changer d’eau dans le vin dans Cana (2: 1-11); Guérir le fils de l’agent royal (4: 46-54); Guérir un paralytique (5: 1-9); nourrir à cinq mille (6: 1-14); marcher sur l’eau (6: 15-25); Donnez la vue d’un homme né aveugle (9: 1-12); et la résurrection de Lázaro (11: 1-45). La résurrection de Jésus (qui ne fait pas partie des chapitres 2-12) est le signal maximum (Hendriksen).

« Cependant sont écrits, de sorte que vous pensez que Jésus est le Christ, le fils de Dieu « (V. 31). Le but de cet évangile n’est pas de capturer tous les détails de la vie de Jésus, mais de fournir ce qu’il faut » afin qu’ils croient que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu; Et de sorte que vous croyez, vous avez la vie à votre nom »(v. 31).

Nous pouvons nous demander quels signes pointe vers Dieu et le Christ aujourd’hui. Création! Le témoignage des chrétiens! L’intervention directe de Dieu dans nos vies! Les signes sont autour de nous. Nous sommes libres de croire ou de ne pas les croire. Jésus bénit ceux qui croient (v. 29).

Une majorité d’universitaires accepte que le verset 31 conclut cet évangile dans sa forme originale. Si tel est le cas, l’auteur conclut en expliquant le but de son écriture – que nous pouvons croire. Il a rempli cela. Des millions de chrétiens sont devenus plus forts dans leur foi lors de la lecture de cet évangile, et des millions ont abordé la foi au moins, en partie par leur témoignage de Christ.

Cité du texte des Écritures sacrées de l’espagnol Reina Valera Valera , situé dans http://www.ccel.org/ccel/bible/esrv.html. Nous utilisons cette version de la Bible car elle consiste en un domaine public (non sous la protection des droits de propriété).

BIBLIOGRAPHIE:

Althouse, Lavonne, « Mots de pouvoir » Journal (mai-juin 1996)

Barclay, William, la Bible quotidienne de l’étude, « The Gospel of John », vol. 2 (Édimbourg: The Saint Andrew Press, 1955)

Beasley -Murray, George R., mot commentaire biblique: John (Nashville: Thomas Nelson Publishers, 1999)

Brown, Raymond, la Bible d’ancrage: L’Évangile selon John XIII-XXI (Garden City: Doubleday, 1970)

Bruce, FF, l’Évangile de John (Grand Rapids: Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1983).

Brueggemann, Walter; Cousse, Charles B.; Gaventa, Beverly R. et Newsome, James D., Textes de prédication: Commentaire de lectionnage basé sur la NRSV-Année B (Louisville: Westminster John Knox Press, 1993)

Carson, Da, la pile Nouveau Commentaire du Testament: L’Évangile de John (Grand Rapids: Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1991).

Craddock, Fred r.; Hayes, John H.; Hollady, carl r.; Et Tucker, Gene M., prêchant à travers l’Année chrétienne B (Valley Forge: Trinity Press International, 1993)

Gossip, Arthur John et Howard, Wilbert F., la Bible de l’interprète, Volume 8 (Nashville: Abingdon, 1952)

Hendriksen, William, Nouveau Testament Commentaire: Exposition de l’Évangile selon John (Grand Rapids: Baker Book House, 1953)

Howard-Brook, Wes, devenir Les enfants de Dieu: Évangile de John et disciple radical (New York: Maryknoll, 1994).

Hultgren, ARLAND J. à Van Harn, Roger (ed.), Le commentaire de lectionnage: Exégèse théologique pour le texte de dimanche . Les troisièmes lectures: les évangiles (Grand Rapids: Eerdmans, 2001)

Krenz, Edgar et Vogel, Arthur A., Proclamation 2, Pâques, Série C

Lindberg, Paul H., études bibliques longeaires: L’année de Luc / Pâques, Livre d’étude (Minneapolis / Philadelphie: Maison d’édition d’Augsbourg / Forteresse Presse, 1976)

Madsen, George Ho, Études de la Bible, l’année de Matthew, Lent-Pâques, Livre d’étude (Minneapolis: House d’édition d’Augsbourg, 1977)

Moloney, Francis J., Sacra Page: L’Évangile de John (Collegeville: La presse liturgique, 1998)

Morris, Leon, le nouveau commentaire international sur le Nouveau Testament: L’Évangile selon John (Grand Rapids: Wm. B. Eerdmans Publishing Co., 1995).

O’Day, Gail R., la Bible de la nouvelle interprète, Volume IX (Nashville: Abingdon, 1995)

Palmer, Earl F., le livre que John a écrit (Vancouver: Regent College Publishing, 1975)

Sloyan, Gerald, « John » Interprétation (Atlanta: John Knox Press, 1988)

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *