L’organisation commune des marchés des produits de pêche et de l’aquaculture

L’organisation commune des marchés (CMO) des produits de la pêche et de l’aquaculture a été la première composante de la politique politique (PPC). En général, l’ECM actuel est destiné à protéger les producteurs et à assurer la durabilité environnementale et la viabilité économique du marché des produits de pêche et de l’aquaculture. Il permet d’améliorer et de renforcer les éléments clés de l’ECM, tels que des normes de marketing communes, des informations sur les consommateurs et des organisations de producteurs et d’introduire de nouveaux éléments, tels que des informations sur le marché.

Base juridique

Articles 42 et 43, paragraphe 2 du traité sur l’exploitation de l’Union européenne (TFUE).

Contexte

L’organisation commune des marchés (CMO) est la politique syndicale visant à gérer Le marché des produits de pêche et de l’aquaculture, tout en garantissant sa durabilité environnementale et sa viabilité économique, et constitue l’un des piliers du PPC (3.3.1). Adopté déjà en 1970, il s’agissait de la première réglementation spécifique sur la pêche, bien que dans le cadre juridique de la politique agricole commune (PAC) (3.2.1). Par conséquent, l’ECM des produits de pêche et l’aquaculture repose sur les objectifs et les principes établis pour le secteur agricole et ses produits. Selon la définition de l’article 38, paragraphe 1, du TFUE, « par des produits agricoles, les produits de la terre, du bétail et de la pêche sont compris, ainsi que les premiers produits de transformation directement liés à ceux ». Depuis lors, l’ECM a fait l’objet d’examens importants, en 1981 et en 1999. En 2013, l’ECM a de nouveau été réformée dans le cadre de la dernière série de mesures de réforme du PPC, en tenant compte de certaines lacunes des cadres précédents et l’évolution des activités de pêche et d’aquaculture. Il est entré en vigueur le 1er janvier 2014. Le règlement actuel (règlement (règlement (règlement (UE) n ° 1379/2013, établissant l’organisation commune des marchés dans le secteur des produits de la pêche et de l’aquaculture), il adopte une fonction plus intégrative en reliant des considérations de marché avec Stratégies de gestion. En outre, l’OCM actuel de la pêche et de l’aquaculture établit le cadre juridique des organisations de producteurs, des normes de marketing, de l’information et de la certification des consommateurs (étiquetage écologique), des règles de la concurrence et des informations sur le marché (telles que la fourniture de l’Observatoire européen des produits de la pêche et de l’aquaculture ).

Objectifs

L’OCM actuel des produits de pêche et de l’aquaculture vise à protéger les producteurs, principalement sur les producteurs primaires (entreprises de pêche et de pêche) et de relier des considérations de marché avec des questions liées à la gestion des ressources. Les principaux objectifs de l’ECM sont les suivants:

  • contribuent à l’exploitation durable des ressources biologiques marines;
  • permet au secteur de la pêche et de l’aquaculture d’appliquer le PPC au niveau approprié;
  • améliorer la compétitivité du secteur de la pêche et de l’aquaculture syndicale, en particulier celle des producteurs;
  • améliorer la transparence et la stabilité du marché;
  • garantie une distribution plus équilibrée de la valeur ajoutée le long de la chaîne d’approvisionnement sectorielle;
  • améliorer les informations pour les consommateurs et la sensibilisation, au moyen d’une notification et d’un étiquetage qui facilitent les informations compréhensibles;
  • contribue à garantir des conditions équitables pour tous les produits commercialisés dans l’Union, en promouvant une exploitation durable des ressources de la pêche;
  • contribue à garantir au consommateur une offre de produits de pêche et d’aquaculture diversifiés;
  • fournit aux informations de consommateur vérifiables et précises sur l’origine du produit et de son mode de production, notamment par marquage et étiquetage.

Réalisations

Certaines des principales réalisations de la pêche et de l’aquaculture sont les suivantes:

Les normes de marketing communes

Les normes de marketing communes sont des caractéristiques communes liées à la qualité, à la taille, au poids, à l’emballage, à la présentation et à Étiquetage des produits de pêche et de l’aquaculture destinés à la consommation humaine, quelle que soit son origine.Ils contribuent à maintenir des produits de qualité sur le marché intérieur et à promouvoir le commerce fondé sur des pratiques de concurrence équitables et contribuant ainsi à améliorer la rentabilité de la production. Depuis la réforme de l’ECM de 2013, les normes de marketing communes devraient également permettre la fourniture de produits durables sur le marché. Ces règles devraient être définies conformément aux mesures de conservation de la population, par exemple, les tailles marketing minimales d’espèces commercialisées devraient être fondées sur les meilleures opinions scientifiques disponibles ou correspondant à la taille de référence minimale à des fins de conservation (3.3. Deux). En 2019, la Commission a présenté son évaluation de la performance du cadre qui régit les normes de marketing pour les produits de la pêche et de l’aquaculture.

B. INFORMATIONS POUR LE CONSOMMATEUR

Les informations destinées au consommateur, obligatoire et volontaire, sont destinées à fournir aux consommateurs de compléter et de clarifier des informations afin de promouvoir une consommation responsable. La nouvelle réglementation de l’OCM élargit le contenu et la portée des informations obligatoires pour l’étiquetage des produits de pêche et de l’aquaculture de la consommation humaine. De plus, l’utilisation d’étiquettes écologiques, qui constituent des informations volontaires, afin de fournir une meilleure information sur la durabilité de l’environnement devrait être évaluée. En mai 2016 et sur la base de l’article 36 du Règlement de la MEC, après une consultation publique, la Commission a publié un rapport de viabilité sur les différentes options pour un système d’étiquetage écologique à l’échelle de la syndicale pour les produits de pêche et l’aquaculture.

C.Les organisations de producteurs et plans de production et de marketing

Le nouveau règlement de la MEC renforce les responsabilités des organisations de producteurs de pêche et de l’aquaculture en ce qui concerne la réalisation des objectifs du PPC et de l’ECM. Toutes les organisations de producteurs doivent préparer et présenter un plan de production et de marketing aux pouvoirs publics afin d’assurer la durabilité de l’environnement de leurs activités de pêche et d’aquaculture. Par conséquent, ces plans constituent un instrument essentiel et obligatoire de la nouvelle CMO. Pour faciliter le développement et l’application homogène de ces plans de toutes les organisations de producteurs, la Commission a adopté le règlement d’exécution (UE) n ° 1418/2013 et a présenté la recommandation 2014/117 / UE. La préparation et l’application des plans peuvent être cofinancés par la FEMP (3.3.4).

D. Les informations sur le marché

La Commission a créé l’Observatoire européen du marché des produits de la pêche et de l’aquaculture. C’est un instrument d’informations sur le marché destiné à atteindre un marché de la pêche et une aquaculture plus transparents et efficaces. Il facilite l’accès aux données sur les produits de la pêche et de l’aquaculture, il présente une analyse de marché et constitue un soutien au développement des politiques. La base de données de l’observatoire fournit des données sur les produits de la pêche et de l’aquaculture le long de la chaîne d’approvisionnement, de la première vente à la consommation, périodiquement hebdomadaire, mensuelle et annuelle. En outre, il fournit des informations structurelles et des analyses relatives au secteur de la pêche et de l’aquaculture de l’Union, tant au niveau de l’Union que sur les États membres, ainsi que des études différentes.

E. Fin du retrait

Le régime de prix de retrait était une mesure d’intervention sur le marché, qui s’est terminée par l’application du nouveau règlement de l’OCM. Le «prix de retraite» a été établi comme un niveau minimum fixe. Aucun poisson ne pourrait être vendu sous ce prix. Cet instrument d’intervention a permis aux organisations de producteurs, dans certaines limites des fluctuations du marché, retirer du poisson du marché. Pour cette raison, l’élimination de ce régime a encouragé les producteurs à anticiper la demande du marché dans leur planification de la production et à éviter le retrait des produits.

rôle du Parlement européen

ainsi que l’adoption ultérieure Sur la réglementation de base modifiée sur la politique de la pêche commune (PPC) et le nouveau Fonds européen de la maritime et de la pêche (FEMP), le régime ECM représente l’un des trois piliers de la dernière réforme du PPC. À la fin de 2022, la Commission doit soumettre un rapport d’évaluation sur le résultat de l’application du règlement de la MECM.

Au cours du dernier cycle de la réforme du PPC, le Parlement a joué un rôle important dans la configuration de l’ECM actuel.Il a fermement défendu son examen afin de créer un cadre juridique pour un secteur en pleine expansion, de maintenir le revenu, de promouvoir une plus grande stabilité du marché, d’établir des normes de marketing élevées et d’accroître la valeur ajoutée des produits de pêche et de l’aquaculture.

Le 29 mai 2018, le Parlement a approuvé une résolution sur l’optimisation de la chaîne de valeur dans le secteur de la pêche de l’Union. Le Parlement a demandé à la Commission aux États membres et aux autorités régionales d’entreprendre une série d’actions visant à relever les défis complexes auxquels le secteur de la pêche de l’Union, par exemple, facilitant la création d’organisations de producteurs, responsabilisation de la pêche à petite échelle et y compris la perspective de genre dans les politiques de pêche.

Le 30 mai 2018, le Parlement a approuvé une résolution sur l’application des mesures de contrôle visant à déterminer la conformité des produits de la pêche aux critères d’accès au marché de l’Union, appelant Pour tous les produits importés conformes aux règles et critères d’alimentation pertinents de l’Union, y compris ceux du PPC, ainsi que les normes de santé, de travail et de sécurité du navire et de l’environnement.

le 15 janvier, 2020, le Parlement a approuvé une résolution sur le pacte vert européen. En cela, il invite la Commission à intégrer les produits de la pêche et de l’aquaculture dans sa stratégie « de la ferme à la table », afin de renforcer la chaîne de la valeur durable dans le secteur de la pêche. En outre, il met en évidence la nécessité de prendre des mesures pour lutter contre la contamination des plastiques, réduire les déchets alimentaires, lutter contre la fraude alimentaire et améliorer l’étiquetage des aliments.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *