Arrêtez un homme à la cathédrale de New York avec des tambours à essence et des briquets

par Reuters Staff

2 min Lire

(Reuters) – Un homme de 37 ans a été arrêté mercredi la nuit après avoir entré la cathédrale de Saint-Patrick, à New York, avec deux canettes complets essence, carburant pour briquets et briquets, selon à la police.

<6a1c398f92 ">
<975A47B579">

Image de l’échéance d’une célébration de Noël dans la cathédrale Saint-Patrick de New York, États-Unis. 25 décembre 2013. Reuters / Carlo Allegri

L’homme est entré dans la cathédrale catholique située à Midtown Manhattan juste avant 20h00 (00h00 GMT) et a été confronté à un gardien de sécurité, selon un représentant du département de la police de la ville de New York (NYPD).

Lorsque l’homme s’est tourné pour partir, l’essence s’est répandue sur le sol et la garde a informé la police qui était à l’étranger.

Les agents rassemblés avec l’homme et ont été mis en garde après avoir été interrogés, a déclaré John Miller, Vicecomisario d’Intelligence et de Contratrorisme de la police de New York.

 » Une personne qui entre dans un endroit emblématique comme la cathédrale de Saint-Patrick avec plus de quatre gallons d’essence (environ quinze litres), deux bouteilles de briquets et de briquets, c’est très inquiet », a déclaré Miller à des journalistes à côté de la cathédrale.

à la question de savoir si le motif de l’incident Il a dû faire avec « le terrorisme », a déclaré que Miller était « trop tôt pour le dire ».

Miller a souligné que l’incident s’est produit deux jours après le feu de la cathédrale Notre Dame de Paris.

Trois églises principalement noires ont été brûlées entre le 26 mars et le 4 avril en Louisiane.

L’homme a dit à la police qui traversait la cathédrale pour se rendre à Madison Avenue de la cinquième avenue et que son véhicule avait couru hors de l’essence, a déclaré Miller.

Lorsque la police a examiné le véhicule, ils ont observé que ce n’était pas du carburant, quand ils ont arrêté l’homme, a-t-il déclaré.

« est connu de la police Et nous étudions leurs antécédents », a-t-il ajouté. « Nous ne savons pas quelle était leur motivation. »

Andrew Information Il y a au Nouveau-Mexique, Steve Gorman à Los Angeles; Traduit par Tomás Cobos dans l’écriture de Madrid

Nos standards: Thomson Reuters Principes de confiance.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *